• Guide Pratique des Aménagements Transitoires

    Commenditaire : Cabanon Vertical, Politique de la Ville de Marseille - Manifestation : - Lieu : - Date : 2016 - en cours aujourd'hui - Crédits photo :
    Notre Guide Pratique de l’Aménagement Transitoire est téléchargeable en libre accès ICI                       Qu'est ce qu'une ACTION TRANSITOIRE dans un processus d'aménagement d'espace urbain ? Que signifie une démarche de co-conception ou de co-construction ? Quelles sont les étapes à respecter? Notre étude autour des ENJEUX de l'AMÉNAGEMENT URBAIN TRANSITOIRE :  "Co-conception", "aménagement transitoire", "temporaire", "éphémère", "chantier ouvert"... les méthodes de réflexion et de construction de l'espace urbain mêlent aujourd'hui concertation, mobilisation habitante et mise en avant du temps de chantier comme support d'appropriation. Ce Guide Pratique est à destination des structures locales, des concepteurs d'actions transitoires ou des acteurs institutionnels intéressés par la pratique innovante de l'action transitoire dans l'espace urbain. Il souhaite aiguiller sur les étapes et les points clefs à envisager; il espère participer à la création d'un référentiel commun. Focalisé sur la métropole Aix-Marseille Provence dans laquelle nous travaillons majoritairement, le guide présente une série de références locales. Il se veut cependant générique dans sa pédagogie et sa méthodologie. Le guide a connu plusieurs versions depuis 2016, nous l'avons diffusé lors de cycles de travail avec différents professionnels de l'aménagements et en partenariat avec la Politique de la Ville de Marseille : élus, techniciens, aménageurs, promoteurs, acteurs associatifs, collectifs, etc... N'hésitez pas à l'utiliser !   Nous pouvons vous envoyer une version édité en livret, au format A5. Pour connaitre les modalités d'envois, écrivez-nous à [email protected] Bonne lecture !
  • Béton Safrané

    Commenditaire : Ville de Miramas - Manifestation : - Lieu : Parc Saint-Suspy et la Maille 3, Miramas - Date : mai 2018 - Crédits photo : Bérenger Venet
    Des strates de béton teintées ocres et jaunes reposent sur l’herbe, surmontées d’un grand chapeau noir-acier. Pour ce projet d’aires de pique-nique à Miramas, nous avons cherché à insuffler de la gourmandise dans la texture du projet. Ainsi le béton se teinte de 2 couleurs chaudes, les angles sont arrondis et la base structurelle des 4 bancs et des 5 barbecues gagne en moelleux. Chaque barbecue est constitué d’une hotte aérienne aux pieds fins et d’un espace de grillades et de plancha.  Une poubelle glissée dessous permet à la municipalité d’assurer l’entretien du barbecue. Une table de desserte généreuse est associée à chaque barbecue, en béton également, coulé dans le même moule. Les bancs des tablées reprennent la forme et la matérialité des barbecues, les tables sont en bois. Le projet de construire 2 aires de pique-nique avec des barbecues est à l’initiative de la Ville de Miramas, notamment du service de la Prévention de la Jeunesse, soucieux de la pratique des barbecues sauvages à l’approche de l’été dans une région à hauts risques d’incendies. La Ville de Miramas a pris le parti d’instaurer l’usage de barbecue public plutôt que lutter contre, mais dans des lieux identifiés et contrôlés : un espace accolé à la cité de la Maille 3 (2 barbecues) et un espace de pique-nique devant le lac du parc de loisir Saint-Suspy (3 barbecues, 2 tablées), tout deux au nord de Miramas Après un premier été sans heurts ni départ d’incendie, nous espérons que l’initiative conviviale et sociale de l’espace de pique-nique va essaimer et se multiplier pour accompagner la tradition du barbecue, très ancrée en Provence.
  • Top Retour Caoutchouc Avec Jupe Zippée Crayon Latex qUAwxg0

    Commenditaire : Service culture, Département 13 - Manifestation : Journées du Patrimoine et les Dimanches de la Canebière - Lieu : Fontaine des mobiles, square Léon Blum, 13001 Marseille - Date : de septembre 2017 à octobre 2018 - Crédits photo : Olivier Bedu, Marine Ruffin
    Le projet est né d’un accident de trajectoire entre une fontaine de 1970, la Fontaine des Mobiles, et la pratique d’un espace public de Marseille situé square Léon Blum, au croisement de la Canebière et des Allées Gambetta. Entre histoire des lieux et confort du quotidien, le projet de la Fontaine place Léon Blum revisite une fontaine par de simples installations en bois qui apportent une réelle valeur d'usages au lieu. Redonner du sens, c'est aussi jeter un regard curieux sur le paysage de cet objet sculptural pris dans son contexte. Désaffectée il y a une vingtaine d’années, la fontaine en briques et béton a une forme ronde et généreuse avec 3 disques superposées. Détournée en assise de fortune, de fontaine elle devient bancs ou aire de jeux selon les habitants et les différentes heures de la journée. Elle joue alors un rôle de retrouvailles nocturnes ou matinales qui crée une certaine cohérence à ce bout d’espace public disparate, vestige d’un aménagement de 1970. À l’occasion des journées évènementielles « Les Dimanches de la Canebière » couplées aux Journées du Patrimoine, l’envie est née « d’habiller » cette fontaine afin de conforter ses usages et de mettre en valeur le potentiel de cette forme prévue initialement pour accueillir de l’eau. Le projet consiste donc à métamorphoser la fontaine en assises par de petites interventions légères qui se jouent de sa forme initiale. Il s'agit également de proposer de porter un regard sur l'environnement proche par des propositions graphiques : une table d'orientation dessinée à la main présente une vue à 360 ° et des photos historiques montrent l'évolution de ce même site.  Le chantier a été réalisé en 3 jours : - construction d'un plancher dans le bassin majeur de la fontaine et faire de ses rebords des assises confortables - utiliser les disques, petits bassins de différentes hauteurs comme des assises et un support à un projet d’archive et de patrimoine : les bassins sont comblés par un plancher sur lequel nous avons installé soit une table d’orientation  sur laquelle on peut marcher et y lire des informations historiques, soit des hexagones en bois qui font office de dossier et présentent des archives photographiques de la construction de cet espace public marseillais. Chaque image reprend un point de vue d’un moment de l’histoire de cette place Léon Blum. La Fontaine devient ainsi un outils d'éveil au paysage environnant. Ce travail s’est fait en association avec l’artiste-marcheur Nicolas Mémain. Prévue pour un temps « événementiel » d’un mois, il a finalement trouvé sa place le temps d’une année, de septembre 2017 à octobre 2018.
  • Jalon

    cou T shirt Casual Slim Courtes New Femmes Kintwear Tricoté Ku213 Manches Summer Top O Femme nZqaCaxvw5
    Commenditaire : Bailleur social 13Habitat - Manifestation : - Lieu : Les Néréïdes-Bosquet, Marseille - Date : Hiver 2017 - Printemps 2018 - Crédits photo : Bérenger Venet
    Cabanon Vertical accompagne le bailleur social 13Habitat et mène une réflexion ouverte sur l’amélioration du cadre de vie des quartiers des Néréides-Bosquet. Au fil d’une démarche participative scandée par les rencontres et les temps de terrain, le rapport au paysage prend une place évidente. La proximité directe avec le cœur du Parc National des Calanques pose question : Comment le paysage est-il vécu, perçu et parcouru par ses habitants ? Comment le milieu naturel est-il fragilisé par les usages ? Et inversement, comment est-il vecteur d’une qualité de vie singulière ? Des temps d’ateliers permettent de comprendre le rapport des habitants aux espaces extérieurs et de dresser une carte sensible du quartier. La réflexion prospective dégage in fine des préconisations pour aménager la lisière ténue entre urbain et nature. La démarche se concrétise par la construction d’un jalon, au bout de la promenade qui sépare les deux quartiers. Le mobilier fait exemple, point d’union entre l’habité et le préservé, il pose la 1ère pierre de l’aménagement de la lisière : un gabion rempli de pierres glanées sur site supporte une terrasse en bois et offre une pause. Il propose une halte, un point de rendez-vous à la croisée des parcours des habitants mais aussi des randonneurs du GR2013.
  • Ovales

    Commenditaire : Centre Social des Escourtines - Manifestation : - Lieu : Parc de la Solitude, Les Escourtines, 13011 Marseille - Date : 2017 - Crédits photo : Marine Ruffin, Sèverine Savignac, Bérenger Venet
    Le projet des Escourtines, c’est l’histoire de la forêt qui fait peur : on la soupçonne d’y cacher des loups dans l’imaginaire collectif. Il se situe sur une colline nommée « Parc de la Solitude ». Oubliée de tous notamment de son propriétaire, seuls quelques adolescents aiment y pratiquer la mécanique de scooters volés et des chiens domestiqués animent le relief du parc de la Solitude. La colline est pourtant composée d’une petite pinède, d’un plat dégagé à son sommet, d’une prairie fleurie, de bosquets, de belles pierres et d’anciennes rocailles, vestige de l’ère des bastides marseillaises. Le centre social est mitoyen du sommet de la colline, la cité des Escourtines est en contrebas, un quartier de maisonnettes s’installe sur le versant opposé. Les enfants ont l’interdiction d’y jouer, seuls les plus téméraires tentent l’aventure. Le centre social des Escourtines va le premier mettre en valeur les qualités paysagères de ce parc méconnu. Conscient de son intérêt, il porte un dossier pour financer l’aménagement d’un jardin partagé, dans le but d’y mener des ateliers collectifs. Une concertation est réalisée en 2017 par les Robins des Villes, elle fait émerger l’envie de mobiliers, d’espace de jeux chez les habitants. Le projet se modifie alors pour donner la part belle à des aménagements en plus de construire des jardinières. Nous sommes intervenus en 3 étapes avec un temps de co-conception, 3 phases de chantiers en partenariat avec l’ADDAP 13 et le Centre Social des Escourtines. Le 1er chantier concerne la réalisation d’assises et d’une grande tablée imbriquées dans la ruine d’un ancien bassin, élément remarquable sur le sommet de la colline. Un atelier satellite de « palissade » s’est fait avec un groupe de femmes du centre social et des jeunes pour habiller la limite du site d’une palissade colorée avec un motif végétal. Le 2ème chantier était la réalisation d’une scène qui ouvre sur le grand paysage et de jardinières. Le 3ème chantier a érigé un mobilier hybride belvédère / gradin / aire de jeux qui façonne un socle aux 2 pins centenaires du site. La forme en ovale du bassin a agi comme fil directeur du projet : chaque module a décliné la forme archétypale de l’ovale. Les différents éléments du programme du projet se concentrent sur le même espace, le plat en haut de la colline. L’idée principale était de densifier des usages sur un même site afin de redonner un statut de parc public et de promenade à ce bois déserté.
  • Fantaisie Passagère

    Commenditaire : Yes We Camp - Manifestation : Les Grands Voisins - Lieu : ancien Hôpital Saint-Vincent de Paul, Paris XIIIe arrondissement - Date : de avril 2017 à octobre 2017 - Crédits photo : Lisa Georges
    Fantaisie Passagère ou la cabane en " bois toasté " comme s’amuse à la présenter Yes We Camp participe à un projet collectif de construction de cabanes pour offrir des chambres atypiques au camping des Grands Voisins à Paris, dans le XIIIe arrdt. Les Grands Voisins est un projet d’occupation temporaire original mené à Paris sur le site de l’ancien hôpital Saint-Vincent de Paul depuis 2015. Yes We Camp y a installé un camping saisonnier en plus de nombreuses autres activités, c’était l’occasion de proposer à de nombreux collectifs et agences « amis » de construire une cabane pour l’espace d’hébergement du camping. Ainsi, Koz architecture, Hexa structure, l’artiste Benoît Rassoux, les constructeurs de Yes We Camp ont aménagé une dizaine de lieux d’hospitalité. Fantaisie Passagère est la cabane privative proposée par Cabanon Vertical. Elle permet l’accueil de 4 personnes (2 lits doubles) nichés dans des alcôves symétriques de part et d’autre d’un espace central à partager. Cet espace est modulable avec la possibilité de déployer une petite table, des assises, de ranger ses affaires dans de grands casiers sous les lits et un jeu de rideau permet d’ouvrir ou de fermer l’espace intime. Des ouvertures en polycarbonate laissent pénétrer la lumière tout en préservant l’intimité. Enfin, la cabane a travaillé sa matérialité selon la technique japonaise du « bois brulé » (Shou-sugi-ban) qui offre une protection naturelle au bois naturelle par carbonisation et un jeu de motifs texturé en façade.
  • Gecko #4

    Commenditaire : Marseille Habitat, Ville de Marseille, Département Bouches du Rhône, Fondation de France, Métropole Aix Marseille Provence - Manifestation : - Lieu : Cité Bellevue, Saint-Mauront (2ème), Marseille - Date : 2016-2017 - Crédits photo :
    L’engagement de longue haleine du Cabanon Vertical dans la cité Bellevue ne cesse de nourrir une réflexion sur l’amélioration du cadre de vie de la cité. Lancé dans la dynamique positive des 2 premiers Geckos, un nouvel aménagement concerté se construit sur le parvis du bâtiment C14, principale entrée piétonne de la cité, en interface avec l’école primaire Bellevue. En partant de l’usage existant d’un unique banc circulaire, le projet évolue vers une multiplicité des formes d’assises : un système de gradins tentaculaires se greffe autour d’un transformateur EDF existant. Ses tentacules multiplient et qualifient des situations d’assises, sur plusieurs niveaux, dans différentes directions. Telles des strates, elles donnent un nouveau relief au parvis. En négatif, les tentacules dessinent des vides, des micro-espaces qui diversifient les scénarios d’usage ( agora et gradins, espace délimité pour des ateliers, volumes ludiques, salon...). Les tentacules s’épanouissent jusqu’à s’éclater, en quelques éléments libres comme une grande table de pique-nique, des jardinières, des table de ping-pong. Sur la base d’un tout nouveau sol impeméable et de nouvelles plantations, Gecko#4 compose un paysage d’assises propice aux rencontres entre habitants, aux jeux des enfants, à l’attente des parents... La liberté des formes est au service d’une appropriation du lieu, et d’une ouverture de celui-ci à l’expérience individuelle et collective. Le parvis devient un lieu potentiel d’activation à l’échelle du quartier, idéal pour des événements associatifs (projection plein air, repas de quartier). Fort d’une proximité et d’une générosité avec le quotidien des habitants, le parvis retrouve sa fonction d’esplanade. Il se fait place publique. Il s’offre comme un possible lieu extérieur d’atelier pour les élèves de l’école primaire Bellevue, d’ailleurs associés à la plantation des jardinières. La figure du Gecko reprend sens ici, comme un corps vivant qui se déploie confortablement et qui s’accroche subtilement à l’existant.  
    Formelle Travail Bleu Bureau jacket Pièce Veste Pants jacket Femmes Pantalons 3 Gilet Vest Pants Ensembles Rayé D'affaires Pantalon Vest jacket Royal Élégants Costumes Dames 4nXPP0UYq
  • Mobiliers de plein air

    Commenditaire : - Manifestation : Chantier pédagogique en partenariat avec l'ADDAP13 - Lieu : Airbel, Marseille (11ème) - Date : 2016-2017 - Crédits photo : Marine Ruffin
    Dans le cadre de chantiers éducatifs successifs, des mobiliers de plein air sont construits, afin de rendre plus confortable et accueillant les espaces extérieurs ombragés attenants au centre social. Rare proposition de mobiliers extérieurs pour la vie quotidienne dans la cité, nos petites actions modestes transforment progressivement l’image et l’usage des lieux. De jeunes habitants du quartier collaborent pleinement, et non sans fierté, à la construction des six mobiliers mobiles. Ils sont d’abord initiés aux outils de la construction bois dans nos ateliers de préfabrication. Ils participent ensuite aux dessins constructifs, aux découpes, à l’assemblage, aux finitions et enfin au choix de l’emplacement des mobiliers. Des poutres en bois sont transformés en totems, par un travail de sculpture, comme des figures symboliques colorées pour chaque mobilier. Ces interventions légères permettent d’inventer des mobiliers originaux et uniques pour la cité mais aussi surtout de rendre accessible à de jeunes habitants un travail simple mais soigné de bois brut.
    • LT-AIRBEL1
    • LT-AIRBEL2
    • LT-AIRBEL3
    • LT-AIRBEL5
    • LT-AIRBEL4Réel Supérieure Qualité 100 Brown Coffee dark De Manteaux Véritable Avec Pashmina Châle Renard Hiver Cachemire Femmes En Manteau Poncho noir Fourrure gris Garniture
    • LT-AIRBEL6
  • À flot

    Commenditaire : Juste Ici, Université Franche-Comté - Manifestation : Résidence artistique BAM - Lieu : Campus universitaire de la Bouloie, Besançon (25) - Date : 2016-2017 - Crédits photo : Nicolas Waltefaugle
    Dans le paysage impersonnel du campus universitaire de la Bouloie, Cabanon Vertical développe une démarche narrative pour un lieu. La « piscine aux arbres », ainsi nommé dans l’imaginaire collectif des étudiants, se construit comme un nouveau lieu de confort, de rêveries et de rencontres par l’évocation métaphorique de l’eau, au service d’une nouvelle poétique. Deux grandes structures en bois, telles des sculptures inspirées des formes construites sur l’eau, invitent les usagers dans une nouvelle histoire à partager. Le « ponton » de bois est une plate-forme hybride flottante, reliée au bord en affleurant les escaliers du parvis de la BU. Un ponton d’embarquement, auquel peuvent s’amarrer les étudiants. Le « radeau » de bois est une plate-forme qui flotte et divague entre les arbres. Proche du sol, on s’y installe confortablement, à flot. Ces plateformes en bois invitent les usagers à réinvestir la piscine au quotidien, à embarquer, à se suspendre sur l’eau ou à se mouiller les pieds. Par une multiplicité de positions, elles façonnent un lieu pour s’asseoir, se reposer, se rencontrer, bouquiner, travailler, déjeuner, contempler… Le caractère hybride de notre proposition façonne un espace « appropriable », à taille humaine, dont les habitants du campus peuvent désormais se saisir, loin des espaces publics parfois stérilisés, voire dissuasifs.  
    • LT_0008854
    • LT_0008873
    • LT_0008885
    • LT_0008874
    • LT_0008897
    • LT_0008880
    • LT_0008954
  • Récif

    Commenditaire : L'UNIQUE - Manifestation : Le Musée Dehors - Lieu : Caen - La Guérinière - Date : de juillet 2016 à Septembre 2017 - Crédits photo : Olivier BEDU
    L’UNIQUE, centre d’art pour l’espace public, invite Olivier BEDU et sa plateforme d’action collective CABANON VERTICAL à imaginer un nouveau projet au coeur de la Guérinière. Pour cette équipe, l’architecture est un territoire à expérimenter, qui fait la part belle aux usages de la vie courante. « RÉCIF » est une sculpture inspirée des récifs artificiels, amas rocheux qui reconstituent le lieu de vie des poissons. En suivant la métaphore, cette installation invite les habitants à réinvestir l’espace public au quotidien.
  • Petites utopies #1

    Commenditaire : MuCEM - Manifestation : Med Lab - Artiste invité : Olivier Bedu - Lieu : MuCEM - Marseille - Date : Juin 2016 - Crédits photo : Olivier BEDU
    Ces petits îlots-mobiliers sont inspirés de différents éléments de l’espace public méditerranéen. Ils sont les formes construites d’une utopie modeste et fédératrice : faire salon, être dehors et ensemble. Inspirés des espaces et des pratiques des élèves dans leurs villes, ces mobiliers hybrides réunissent plusieurs lieux et plusieurs époques. Les jeunes habitants ont permis à l’artiste de comprendre l’histoire de chaque lieu qu’ils ont eux-mêmes redécouvert par la promenade : regarder leur environnement quotidien comme un paysage, être attentifs à ses transformations, en collecter des images. Avec ces objets caractéristiques, l’artiste a ramené un bout de ville et d’histoire pour proposer avec les élèves de nouveaux lieux de sociabilité. La forme des îlots est massive, comme un rocher sur lequel on peut grimper. Ces petites utopies sont offertes aux multiples usages qu’en feront les promeneurs du musée. Ce travail a eu lieu dans le cadre du projet de coopération éducative internationale, le Med Lab Educatif qui vise à réunir des élèves du pourtour méditerranéen autour de réflexions sur l’identité méditerranéenne. Chaque année, depuis 2013, un artiste intervient auprès de ces jeunes pour questionner, interroger et participer ensemble à une œuvre commune. Cette année, c’est dans le cadre d’un programme européen Erasmus + que des élèves de Croatie, d’Espagne, de France, de Grèce et d’Italie ont questionné les espaces publics et l’architecture de leurs villes.
    Les élèves et enseignants des établissements scolaires : Srednja skola, Jelsa, Hvar, Croatie IES Santos Isasa, Montoro, Espagne Etablissement Régional d'Enseignement Adapté (EREA) de Haute-Provence, Bevons, France Lappeio 1st Gymnasio, Naoussa, Grèce 11°Istituto Comprensivo "Archia"1900, Syracuce, Italie
    • LT-UTOPIE-M1-6
    • LT-MOBILIER1
    • LT-UTOPIE-M1-2
    • LT-UTOPIE-M1-4
    • LT-UTOPIE-M1-1
    • LT-UTOPIE-M1-5
    • LT-UTOPIE-M1-3
    • LT-UTOPIE-M1-7
  • Petites utopies #2

    Commenditaire : MuCEM - Manifestation : Med Lab Artiste invité : Olivier Bedu - Lieu : MuCEM - Marseille - Date : Juin 2016 - Crédits photo : Olivier BEDU
    Ces petits îlots-mobiliers sont inspirés de différents éléments de l’espace public méditerranéen. Ils sont les formes construites d’une utopie modeste et fédératrice : faire salon, être dehors et ensemble. Inspirés des espaces et des pratiques des élèves dans leurs villes, ces mobiliers hybrides réunissent plusieurs lieux et plusieurs époques. Les jeunes habitants ont permis à l’artiste de comprendre l’histoire de chaque lieu qu’ils ont eux-mêmes redécouvert par la promenade : regarder leur environnement quotidien comme un paysage, être attentifs à ses transformations, en collecter des images. Avec ces objets caractéristiques, l’artiste a ramené un bout de ville et d’histoire pour proposer avec les élèves de nouveaux lieux de sociabilité. La forme des îlots est massive, comme un rocher sur lequel on peut grimper. Ces petites utopies sont offertes aux multiples usages qu’en feront les promeneurs du musée. Ce travail a eu lieu dans le cadre du projet de coopération éducative internationale, le Med Lab Educatif qui vise à réunir des élèves du pourtour méditerranéen autour de réflexions sur l’identité méditerranéenne. Chaque année, depuis 2013, un artiste intervient auprès de ces jeunes pour questionner, interroger et participer ensemble à une œuvre commune. Cette année, c’est dans le cadre d’un programme européen Erasmus + que des élèves de Croatie, d’Espagne, de France, de Grèce et d’Italie ont questionné les espaces publics et l’architecture de leurs villes.
    Les élèves et enseignants des établissements scolaires : Srednja skola, Jelsa, Hvar, Croatie IES Santos Isasa, Montoro, Espagne Etablissement Régional d'Enseignement Adapté (EREA) de Haute-Provence, Bevons, France Lappeio 1st Gymnasio, Naoussa, Grèce 11°Istituto Comprensivo "Archia"1900, Syracuce, Italie
    • LT-UTOPIE-M2-4
    • LT-MOBILIER2
    • LT-UTOPIE-M2-6
    • LT-UTOPIE-M2-1
    • LT-UTOPIE-M2-5
    • LT-UTOPIE-M2-3
  • Petites utopies #3

    Commenditaire : MuCEM - Manifestation : Med Lab Artiste invité : Olivier Bedu - Lieu : MuCEM - Marseille - Date : Juin 2016 - Crédits photo : Olivier BEDU
    Ces petits îlots-mobiliers sont inspirés de différents éléments de l’espace public méditerranéen. Ils sont les formes construites d’une utopie modeste et fédératrice : faire salon, être dehors et ensemble. Inspirés des espaces et des pratiques des élèves dans leurs villes, ces mobiliers hybrides réunissent plusieurs lieux et plusieurs époques. Les jeunes habitants ont permis à l’artiste de comprendre l’histoire de chaque lieu qu’ils ont eux-mêmes redécouvert par la promenade : regarder leur environnement quotidien comme un paysage, être attentifs à ses transformations, en collecter des images. Avec ces objets caractéristiques, l’artiste a ramené un bout de ville et d’histoire pour proposer avec les élèves de nouveaux lieux de sociabilité. La forme des îlots est massive, comme un rocher sur lequel on peut grimper. Ces petites utopies sont offertes aux multiples usages qu’en feront les promeneurs du musée. Ce travail a eu lieu dans le cadre du projet de coopération éducative internationale, le Med Lab Educatif qui vise à réunir des élèves du pourtour méditerranéen autour de réflexions sur l’identité méditerranéenne. Chaque année, depuis 2013, un artiste intervient auprès de ces jeunes pour questionner, interroger et participer ensemble à une œuvre commune. Cette année, c’est dans le cadre d’un programme européen Erasmus + que des élèves de Croatie, d’Espagne, de France, de Grèce et d’Italie ont questionné les espaces publics et l’architecture de leurs villes.
    Les élèves et enseignants des établissements scolaires : Srednja skola, Jelsa, Hvar, Croatie IES Santos Isasa, Montoro, Espagne Etablissement Régional d'Enseignement Adapté (EREA) de Haute-Provence, Bevons, France Lappeio 1st Gymnasio, Naoussa, Grèce 11°Istituto Comprensivo "Archia"1900, Syracuce, Italie  
    • LT-UTOPIE-M3-9
    • 100 Véritable Qualité Châle Hiver dark Réel Manteaux De Brown Femmes Renard Avec Cachemire Supérieure Manteau Pashmina Garniture noir gris Fourrure Coffee Poncho En xqqPYnI

    • LT-M3-MOBILIER
    • LT-UTOPIE-M3-3
    • LT-UTOPIE-M3-4
    • LT-UTOPIE-M3-10
    • LT-UTOPIE-M3-1
    • LT-UTOPIE-M3-6
    • LT-UTOPIE-M3-7
    • LT-UTOPIE-M3-5
    • LT-UTOPIE-M3-2
  • Sauvage Femmes Taille 2019 De Jambes Jeans Vieux Rue Cravate Larges À Nouveau Printemps 0SfrfEX

    Gecko #2

    Commenditaire : Ville de Marseille, Région PACA, Fondation de France - Manifestation : - Lieu : Cité Bellevue, Marseille - Date : Septembre 2015 - Crédits photo : Cabanon Vertical
    Pour le Gecko #2, le lieu choisi était déjà particulièrement utilisé par les habitants : un muret et quelques bancs, à l’entrée de la cité Félix Piat, sont devenus avec le temps un lieu de rendez-vous pour des membres de la communauté comorienne. Les hommes qui s’y retrouve jouent ensemble à un jeu traditionnel des Comorres, et discutent. Olivier Bedu a choisi de leur proposer une améliorer de leur lieu de rendez-vous, en concevant des formes spécifiques aux usages qu’ils en ont déjà : d’abord, s’asseoir mieux et à plusieurs, sur des assises élargies qui permettent de multiplier les possibilités de s’asseoir. Le dialogue entamé, les habitués du lieu ont suggérés des zones d’ombrages, et des abris contre la pluie. Dans ce projet, un lieu identifié dès le départ devient le support de la conception. La concrétisation du chantier Gecko #1, à quelques mètres de là, a permis de donner à voir aux habitants la capacité de réalisation d’un projet, et de susciter la curiosité, de préciser les envies. C’est l’occupation du lieu qui a été scénographié, entre les projections des habitants, et celles d’Olivier Bedu. Aujourd’hui, les habitants se sont approprié le lieu, construit par un groupe de jeunes gens, à destination d’une autre génération. Avec les Geckos #1 et #2, art et fonction vont ensemble. L’invention des lieux s’appuie sur cette approche sculpturale : s’inspirer d’une situation donnée pour créer un potentiel d’espace public, dans une échelle de proximité avec le quotidien des habitants. La figure du Gecko devient plus qu’un clin d’œil à l’image du reptile qui se dore au soleil : avec ses pattes ventouses, il s’adapte, et trouve sa place dans le jeu subtil des reliefs.
    • 2-GECKO#2-WEB
    • 9-GECKO#2-WEB
    • 6-GECKO#2-WEB
    • 5-GECKO#2-WEB
    • 3-GECKO#2-WEB
    • 4-GECKO#2-WEB
    • 7-GECKO#2-WEB
    • 11-GECKO#2-WEB
    • 10-GECKO#2-WEB
  • Gecko #1

    Commenditaire : Ville de Marseille, Région PACA, Fondation de France - Manifestation : - Lieu : Cité Bellevue, Marseille - Date : Mars 2015 - Crédits photo : Cabanon Vertical
    ILes projets Geckos #1 et #2 sont issus d’une commande de la Politique de la Ville, initiée à l’occasion de la transformation du quartier Bellevue / Saint Mauront. Dans la perspective du changement et de la rénovation du quartier, le Cabanon Vertical a proposé une démarche participative aux habitants, ayant pour objet l’amélioration de l’espace public : Ils ont été conviés à réaliser un travail de diagnostic partagé, afin que leurs perceptions des lieux, et leurs désirs d’espaces publics, entre en jeux dans l’élaboration des futurs aménagements. Pour le Gecko #1, le projet trouve son origine dans les envies d’un groupe de jeunes habitants, réunis autour d’un conseil local de la jeunesse. En s’appuyant sur la présence de ce groupe déjà constitué, un espace de musculation de rue a été conçu, associé à plusieurs assises. Pour la constitution du projet, les participants ont considérés les besoins du quartier par rapport à un type d’aménagement. Ils ont imaginés un lieu qui pouvait être voué à une fonction particulière. Le Cabanon Vertical a travaillé avec ce groupe de jeunes sur l’idée et la conception d’un espace de musculation de rue. Puis, le dialogue et la recherche de différents points de vues sur les usages possibles de l’espace public, a permis d’enrichir cette première approche, tournée vers un usage unique, et d’imaginer un lieu qui pouvait correspondre à différentes possibilités, et manières d’être, à l’extérieur : faire du sport, se poser, s’asseoir, discuter, regarder, se rencontrer.
    • CABANONVERTICAL-GECKOS-3-LT
    • CABANONVERTICAL-GECKOS-1-LT
    • CABANONVERTICAL-GECKOS-2-LT
    • CABANONVERTICAL-GECKOS-4-LT
    • CABANONVERTICAL-GECKOS-7-LT
    • CABANONVERTICAL-GECKOS-9-LT
    • CABANONVERTICAL-GECKOS-11-LT
    • CABANONVERTICAL-GECKOS-8-LT
    • CABANONVERTICAL-GECKOS-5-LT
    • dark Garniture Coffee Châle gris Femmes Poncho Cachemire Véritable Manteaux Brown En Manteau Hiver Réel Renard Supérieure 100 De Qualité noir Avec Fourrure Pashmina
  • Géométries Variables # 1/3

    Commenditaire : Ville de Beauvais, Communauté d'agglomération du Beauvaisis et La Maladrerie St Lazare - Manifestation : - Lieu : Beauvais - Picardie (60) - France - Date : 17 mai au 30 septembre 2014 - Crédits photo : Philippe PIRON
    Depuis 2010, les oeuvres éphémères des artistes invités par la Maladrerie Saint-Lazare et la Mission Arts plastiques de la Ville de Beauvais, agissent comme un matériau photosensible appliqué sur la trame historique et architecturale de la cité. Un révélateur qui donne une lecture inédite du territoire urbain, tisse des relations insoupçonnées entre le bâti, les circulations et les usages, souligne un détail ou ce qui parfois n’est encore qu’une ébauche, pour les projeter aux dimensions de la ville en mouvement. L’intervention du Cabanon Vertical, collectif marseillais composé d’architectes, de scénographes et de plasticiens, s’inscrit dans cette continuité des dialogues entre création contemporaine et lieux historiques. La chapelle de la Maladrerie, la Cathédrale, le quartier St Jean, trois lieux que nous investissons avec des installations qui s’interrogent les unes les autres. Les éléments se questionnent, invitent le visiteur à aller d’un site à l’autre. Nous proposons un dispositif qui met en résonance les trois installations, comme trois parties d’un même ensemble. Et c’est en circulant sur tous les sites que l’on appréhendera l’œuvre dans sa globalité. La même forme est exploitée sous différents angles, qui permettent de percevoir un volume global. Cette forme reprend l’organisation spatiale de la chapelle de la Maladrerie Saint Lazare : le clocher, la nef, le transept. Selon son orientation et son implantation, l’objet se transforme et change d’identité : architecture insérée dans la chapelle médiévale, sculpture au pied de la cathédrale Saint-Pierre et mobilier urbain dans le quartier Saint-Jean. A travers ces installations, ce sont aussi des modes de perceptions et des sensations que nous explorons. Les installations s’éprouvent physiquement : traverser, faire le tour, s’installer. Etre dans, observer depuis l’extérieur, grimper sur. Egalement pensées en écho avec le contexte et l’histoire des lieux, elles cherchent à mettre en valeur un patrimoine ; parler de l’histoire passée - lieu d’accueil pour les lépreux, leur coupure au reste du monde - et contemporaine des sites - chantiers de revalorisation. L’installation cherche à tisser un lien avec l’histoire de ce lieu, espace charnière entre les deux types d’occupants de la Maladrerie. D’autre part, une attention particulière a été prêtée au traitement de la lumière afin de retrouver la qualité première de cet espace voué à la spiritualité. En entrant dans la chapelle, un décalage surprenant s’opère alors entre ce que l’on s’attend à voir, et l’espace dans lequel on pénètre. Au lieu d’un espace en ruine  et spacieux, on le découvre épuré et précieux avec des volumes à échelle humaine. L’espace est ainsi redessiné pour tendre vers une forme de sérénité sans connotation religieuse. L’édifice d’accueil se raconte par bribe ;  un indice, un détail laissé apparent suscite la curiosité : des découpes faites dans les parois de la micro architecture cadrent les détails remarquables de la chapelle, racontent son passé ; des planches, espacées de manières irrégulière, jouent le rôle d’œil de bœuf et permettent de voir au delà de l’enveloppe de notre construction ; un jeu de gravier noir et blanc évoque l’interpénétration de la chapelle en ruine et de la microarchitecture rappelant les communautés qui s’y côtoyaient.   
    Réel 100 Véritable Femmes Coffee Fourrure Pashmina Qualité Garniture Manteau En De Poncho Manteaux Hiver Cachemire noir Supérieure dark Renard Châle Brown Avec gris
    • geometries_variables-2
    • CARTESCABANONVERTICAL.indd
    • geometries_variables-1
    • geometries_variables-5
    • geometries_variables-7
    • geometries_variables-6
    • geometries_variables-12
    • geometries_variables-10
    • geometries_variables-8
    • geometries_variables-9
    • geometries_variables-11